03 87 38 41 79 contact@nbsfrance.com

LE SAVOIR-ÊTRE EN ALTERNANCE : LES CONSEILS DE NOS ÉTUDIANTS !

 

Article sur le savoir-être en alternance. Celui-ci est rédigé par Louis Riboulot et Brice Gassmann, alternants en Bac+5 MPI (Manager de Projets Innovants). Dans le cadre de la journée citoyenne.

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

Le savoir-être en alternance : chaque individu possède une éducation transmise par l’environnement familial. Cette éducation est le reflet de notre attitude envers les individus qui nous entourent. Le sujet de cet article ne s’articule, en aucun cas autour des mœurs inculquées par les parents. Mais plutôt à notre comportement au sein de la société. Plus particulièrement, dans un contexte cadré comme l’alternance (entreprise, formation). Bien entendu, les principes qui seront évoqués ci-dessous, sont également valables dans la vie sociétale.

 

 

 

VIE EN ENTREPRISE

 

 

 

Je suis alternant.e

 

L’apprentissage est une réponse moderne et adaptée. Tant pour la formation que la qualification des jeunes. Fondé sur le transfert de compétences par les tuteur.rice.s, il offre un itinéraire garanti pour acquérir à la fois les connaissances théoriques. Ainsi que les aptitudes pratiques pour maîtriser un métier. Être alternant.e, c’est avoir la chance d’exercer dans une entreprise. Mais également un engagement qui nécessite de s’investir de façon concrète. Mais aussi de réaliser avec un réel intérêt et soin, les tâches qui vous seront confiées.

 

Adopte un comportement professionnel tout en respectant les règles de bienséances ! Voici nos conseils en termes de savoir-être en alternance :

 

 

RESPECT : Donne de la valeur aux personnes, aux choses et aux idées que l’on côtoie. Tout cela selon les circonstances, lors de la réalisation de ses tâches dans une situation de travail.
PRÉVENANCE : Aie le souci constant de la recherche de la qualité. Va au-devant des besoins et démontre de la curiosité en regard des tâches à réaliser.
MATURITÉ : Reçoit des commentaires et des remarques. Tout cela dans le but d’améliorer son travail sans adopter une attitude trop émotive ou trop défensive. Admet tes erreurs et corrige les !
TENUE : Adopte un maintien général, le comportement et le langage conformes aux règles de la profession.
ASSIDUITÉ : Aie une présence active régulière et soutenue. Particulièrement à l’endroit où tu as des obligations à remplir.
INTÉGRITÉ : Réalise ton travail. Sans vouloir tromper, abuser, léser ou blesser autrui.

 

En finalité, ces qualités s’inscrivent dans un processus d’amélioration continue de soi-même. Elles te permettront, à l’avenir de te distinguer de façon significative. Autant dans la vie professionnelle que personnelle.

 

 

 

Je suis employeur.euse

 

Afin d’alimenter ce lien de confiance employeur.euse-apprenti.e, le principe de réciprocité sur les thèmes abordés ci-dessus s’applique de la même façon pour les tuteur-rice-s.
Bien évidemment, les responsabilités ne sont pas équivalentes entre ces deux statuts. Dans un objectif de favorisation de l’apprentissage, l’employeur.euse doit faire preuve de certaines aptitudes présentées ci-dessous :

 

PÉDAGOGIE : Utilisez un style, un ton et une terminologie adaptés à la personne et aux circonstances.
PATIENCE : Gardez votre calme de façon constante. Dans des situations particulières, tout en persévérant dans son explication. Tout cela jusqu’à l’atteinte du résultat, sans se décourager.
ORGANISATION : Anticipez les missions et octroyez du temps à votre apprenti.e. Cela le.la rendra plus autonome et efficace.

 

 

 

 

 

VIE EN FORMATION

 

 

 

Votre comportement au sein d’un organisme de formation influence également le comportement d’autrui. Et par enchaînement, l’ambiance générale du groupe. Il est nécessaire de se détacher de l’éducation transmise par les parents pour s’intégrer au sein d’un groupe. Il est naturel que notre éducation émerge car c’est ce qui définit notre personnalité. Néanmoins, lorsqu’on intègre un groupe, nous sortons de notre zone de confort. Cet environnement est régi par des codes imperceptibles mais néanmoins subsistants. Cette zone d’incertitudes fait apparaître plusieurs comportements :

 

Par exemple, les comportements qui prennent la forme d’un leadership peuvent être modifiés pour laisser s’exprimer les opinions mineures. C’est pourquoi il est conseillé d’adopter un comportement plus assertif. C’est-à-dire la capacité à exprimer ses idées, ses opinions, faire passer ses messages tout en étant restant souple, agile, à l’écoute. Et en adaptation vis-à-vis d’autrui. L’objectif est également de laisser exprimer les opinions des autres. Chaque parole possède la même valeur. Il s’agit d’une incitation aux paroles non-exprimées pour avoir une divergence.

 

Ce qui nous rassemble n’est pas nos points communs mais plutôt nos différences. Surtout dans la mesure où le fond et la forme sont exprimés avec parcimonie.
L’altruisme est un caractère fondamental pour la cohésion d’un groupe. Dans celui-ci, on peut retrouver une personne isolée par rapport à l’autre partie du groupe. Adopter une forme d’altruisme lutte contre cette exclusion et redonne de la considération à la personne isolée. Par conséquent une uniformisation d’un effectif.

 

En clair, s’imposer un code de conduite impulse le comportement d’un groupe dans son ensemble. Cela vise à améliorer la cohésion ainsi que la réussite au sein d’une formation.

 

Pour découvrir notre dernier article, clique juste ici !

 

Découvre le portait de Louis Riboulot